Quelques astuces pour randonner à cheval en hiver

thumbnail

Il neige !

On aime tous jouer dans la neige y compris nos compagnons à quatre pattes, mais il ne faut pas oublier la sécurité et le bien-être du cheval avant tout ! Et oui la neige coincée entre les branches d’un fer sous le sabot du cheval peut être dangereuse. En effet, la neige a tendance à se tasser et à former une boule sous le pied du cheval ce qui peut le déséquilibrer ou le gêner. Pour éviter cela il y a plusieurs solutions :

  • Curer régulièrement les sabots du cheval surtout s’il est au pré.
  • Enduire grassement la sole du cheval avec un produit gras comme le saindoux ou de la graisse à pied.
  • Faire poser par le maréchal-ferrant des hoof grip qui sont des sortes de bandes flexibles placées entre le sabot du cheval et le fer. Elle permet de chasser la neige à chaque mouvement du cheval ce qui empêche qu’elle se tasse à cet endroit.
  • Demander au maréchal-ferrant de mettre des plaques fermées, clouées entre le fer et le sabot.

 

La récupération après un effort en hiver

Après le travail, aussi bien chez l’homme que chez le cheval, les muscles ont besoin de bien récupérer afin d’éliminer les toxines qui s’y sont introduites. Pour cela, il faut changer ses vêtements mouillés, se sécher ou bien sécher son cheval et passer la nuit dans un endroit sec. On dit que boire est « antifatigue », alors il ne faut pas hésiter à bien s’hydrater et vérifier que son cheval dispose d’autant d’eau qu’il le souhaite. Le froid augmente les besoins alimentaires d’un organisme alors il faut manger à sa faim des aliments riches et penser à bien alimenter son cheval.

 

Fabriquer une couverture pour son cheval

Pour cela, il faut prendre un grand drap et l’attacher au niveau du poitrail avec une pierre et une ficelle ou bien un élastique. Il faut également mettre des pierres à l’emplacement où se trouve habituellement sur une couverture les sanglons afin de mettre un peu de poids et éviter que le drap ne se retourne au moindre mouvement du cheval.

 

Fabriquer un couvre-rein pour son cheval

La zone du cheval où se trouvent les reins est une partie sensible. C’est pour cette raison qu’en hiver beaucoup de chevaux ont un couvre-rein lorsqu’ils sont montés s’ils ont été tondus. Il est donc disposé sur l’arrière-main du cheval et est maintenu par une ficelle qui passe sous sa queue. A partir du moment où le cheval travaille et qu’il ne pleut pas, le couvre-rein n’est pas forcément nécessaire et peut parfois être retiré. Une technique consiste à le ramener vers l’avant et  le mettre sur la selle puis s’assoir dessus. Comme ça s’il se met à pleuvoir ou une fois que le travail est terminé il est facile de repositionner le couvre-rein.

Pour fabriquer un couvre-rein il suffit de découper dans une bâche étanche ou bien dans une vieille couverture les dimensions suivantes :

  • Largeur avant : deux fois 45 cm
  • Largeur arrière : deux fois 50 cm
  • Longueur du dos environ 125cm

 

Entretenir son matériel

Le matériel est à entretenir régulièrement tout particulièrement en hiver à cause du froid et de la pluie. Il faut tout d’abord enlever la boue, par exemple un chiffon, des équipements parce qu’elle conserve l’humidité. Ensuite, il faut passer un coup de savon glycériné afin de nettoyer le cuir avant de le graisser pour le nourrir, l’assouplir et l’imperméabiliser. Le mors, les boucles et toutes les parties métalliques doivent être séchés pour éviter que la rouille ne s’installe. Le tapis doit lui aussi sécher avant le prochain départ. Et pour finir, pour éviter que les bottes ne se déforment, elles peuvent être suspendues dans un endroit aéré.

 

 

Alimenter la chaudière naturelle du cheval

Comme énoncé précédemment les besoins alimentaires du cheval augmentent avec l’arrivée de l’hiver. En effet, le froid fait que le cheval a besoin de plus d’énergie pour faire fonctionner sa chaleur interne. C’est pour cette raison que sa ration de foin doit être augmentée d’environ dix pour cent après une séance de travail ou bien une randonnée par temps froid. Ce n’est pas parce qu’il pleut et que l’herbe est mouillée que le cheval a besoin de moins d’eau ! Au contraire, en hiver pendant les jours de froid sec le cheval a besoin de beaucoup d’eau pour compenser les pertes de liquide, causées notamment par la buée qu’il rejette par ses naseaux.

 

 

 

Photographies des Sabots de Vénus

Autres articles sur le même thème :

Que faut-il reviser pour le Galop®2 ?

Que faut-il reviser pour le Galop®2 ?

Pour obtenir son Galop ®2, un cavalier doit réussir deux tests

Des vacances à cheval

Des vacances à cheval

Des vacances à cheval ce sont des souvenirs, du plaisir, et beaucoup de découvertes

Que faut-il reviser pour le Galop®4 ?

Que faut-il reviser pour le Galop®4 ?

Pour obtenir son Galop ®4, le cavalier doit réussir plusieurs tests.